TEACHING



Research

From place to the repair

How a practice of artistic projects is capable of producing some knowledge? The way from architecture to visual art is the basement of my professional approach. One permits me to understand the construction of the space and the other push me to go through the representation and the sense that relates to it. This practice, the questions that are contained and the problems that are aroused make me begin a research creation. The search field is the camp of Rivesaltes. This territory is symbolic of the History of Europe of the 20th century, witness of the forced travels of populations and of their putting under control. On which conditions to propose a different narrative allows to reinterpret the History? Is the project an attempt to repair it?

Du lieu à la réparation

Comment une pratique de projets artistiques est capable de produire de la connaissance? Le parcours de l’architecture à l’art plastique est fondateur de ma démarche professionnelle. L’une m’a amenée à la compréhension de la mise en œuvre de l’espace et l’autre m’a poussée à approfondir la réflexion sur la représentation et le sens qui s’y rapportent. À partir de cette pratique, avec le questionnement qu’elle contient et les problématiques qu’elle suscite, j’ai engagé une recherche création. Le terrain de recherche est le camp de Rivesaltes. Ce territoire est emblématique de l’Histoire de l’Europe du 20ème siècle, témoin des déplacements forcés de populations et de leur mise sous contrôle. A quelles conditions proposer un récit différent permet-il de réinterpréter l’Histoire ? Le projet est-il une tentative de la réparer ?

En pédagogie

Enseignante à l’École nationale supérieure d’Architecture de Lyon, j’encadre un Master. Cette année, les étudiants ont comme sujet l’extension de l’Université de Lyon 3 sur le site du Mémorial Prison de Montluc.


Teaching visual arts at the School of Architecture

Teaching visual arts at the School of Architecture of Lyon, the purpose of education should be to open the awareness of students about the difficulty in understanding a subject in its visible and invisible dimension. It must convince of the need to create meetings between various areas of knowledge, aggregate views to approach the knowledge of the context, then a necessary condition to conduct a project within it.

Enseignant les arts visuels à l’Ecole d’Architecture de Lyon, la finalité de la pédagogie doit être d’ouvrir la conscience des étudiants sur la difficulté d’appréhender un sujet dans sa dimension visible et invisible. Elle doit convaincre de la nécessité de créer des rencontres entre des territoires variés du savoir, d’agréger des points de vue pour approcher la connaissance d’un contexte, condition nécessaire pour y faire ensuite un projet.

Photo: Virginie Artado, 2011


ADN d'un lieu, workshop

«Ainsi, guidé par les principes du raisonnement cartographique, je découvre non seulement où je suis mais d’ou je viens et ou je devrais aller.»
Gunnar Olsson.

Le workshop s’inscrit dans un partenariat avec la Villa Gillet dans le cadre du Festival Mode d’Emploi. Parmi les nombreux participants, est invitée cette année Itziar Gonzalez Viros, urbaniste et ancienne conseillère municipale du quartier de la Vieille Ville (Ciutat Vella) de Barcelone. Elle intervient en général sur des projets de médiation grâce à l’outil cartographique à partir duquel elle tente de résoudre des conflits dans l’espace public. Nous lui avons demandé de nous accompagner durant le workshop afin qu’elle réfléchisse avec nous sur un site de la commune de Saint-Fons. On aborde alors la carte non seulement comme une image mais aussi comme une histoire, un récit.

Ces deux journées ne sont pas la simple présentation de travaux d’étudiants mais un atelier au cours duquel nous «fabriquons le récit de la ville» par le biais de la cartographie.

Graphic: Audrey Pallin